Close

7 juin 2022

Guide de communication inclusive


Le réseau de l’Université du Québec offre un guide de communication inclusive qui procure des pistes pour améliorer sa façon de communiquer en la rendant plus inclusive et respectueuse.

Issu du travail de la communauté de pratique en équité, diversité et inclusion (EDI) de l’Université du Québec, le « Guide de communication inclusive : Pour des communications qui mobilisent, transforment et ont du style ! » est constitué de quatre parties décrivant plusieurs stratégies de communication inclusive écrite, orale, visuelle et publique.

La communication écrite inclusive
Cette section décrit quatre stratégies associées à l’écriture inclusive :

  1. Abandonner l’utilisation du masculin générique (p.12).
  2. Privilégier les termes épicènes et les formulations englobantes (p.13).
  3. Utiliser stratégiquement les doublets complets pour augmenter la visibilité des femmes dans le discours (p.16).
  4. Faire un usage limité et raisonné des doublets abrégés (p.19).

Chaque stratégie est accompagnée d’exemples de termes ou de formulations à privilégier pour préserver la lisibilité des textes. Les stratégies mises de l’avant dans cette partie sont aussi résumées dans un aide-mémoire.
Cette section présente également des bonnes pratiques quant au choix des caractères, à l’utilisation et à l’organisation de l’espace, à l’usage de tableaux et graphiques et à la diffusion en format imprimé ou numérique des écrits.

La communication orale inclusive
La section portant sur la communication orale inclusive décrit des principes associés à l’utilisation d’un langage respectueux et inclusif, tant en contexte formel que dans les échanges quotidiens.

La communication visuelle inclusive
La troisième section du guide aborde les messages véhiculés par le biais des images qui accompagnent les communications institutionnelles et offre des pistes pour valoriser la diversité grâce à un choix judicieux d’images.

« Une communication visuelle inclusive s’assure de ne pas renforcer les stéréotypes et essaie de s’en détacher. Il est question d’adopter une posture de vigilance pour véhiculer des messages non sexistes, non racistes, non hétéronormatifs, non cisnormatifs et non capacitistes. »(Université du Québec, 2021, p.32)

La communication publique inclusive
Cette dernière partie du guide aborde :

  • Les façons de « contribuer au rayonnement équitable » (p.36) de chaque membre de la communauté universitaire ;
  • Les stratégies publicitaires et de médias sociaux ;
  • L’accessibilité des sites Web ;
  • L’organisation d’événements, tant au niveau des invitations et de la promotion que de la programmation.

Le guide comporte également plusieurs annexes qui offrent des outils supplémentaires pour adapter ses pratiques communicationnelles. On y retrouve notamment une liste de termes neutres ou épicènes correspondant à des mots couramment utilisés en milieu universitaire ainsi qu’une liste de documents complémentaires (guides de communication inclusive d’universités et d’autres organismes publics, lexiques, formations en ligne, etc.).

Pour consulter le guide, suivez ce lien : https://www.uquebec.ca/reseau/fr/system/files/documents/edi/guide-communication-inclusive_uq-2021.pdf

Ou rendez-vous sur la page du site du Consortium d’animation sur la persévérance et la réussite en enseignement supérieur (CAPRES) sur laquelle un aide-mémoire du guide est également disponible.