Close

2 février 2020

CANADA – Encadrement de la publicité de la malbouffe au Canada et ailleurs : rapport de recherche de l’Union des consommateurs


Les effets néfastes de la consommation de la malbouffe affectent des milliers de Canadiens chaque année. Malgré cela, à l’extérieur du Québec, des publicités faisant la promotion de la malbouffe s’adressent directement aux enfants, une clientèle vulnérable qui n’est pourtant pas celle qui achètera les produits. Cette réalité a attiré l’attention des chercheurs de l’Union des consommateurs, qui se sont penchés sur la question de l’encadrement de la publicité de la malbouffe au Canada.

Alors que les arguments contre la publicité sur la malbouffe abordent fréquemment l’aspect sanitaire, soit l’impact sur la santé des aliments trop riches en sel, gras ou sucre dont elle fait la promotion, le projet a permis d’aborder le sujet du point de vue des droits des consommateurs, sur la base de certains des Principes directeurs des Nations Unies pour la protection du consommateur. Avec ces principes en filigrane, une importante revue de littérature a permis de dégager les tendances actuelles en matière d’encadrement de la publicité destinée aux enfants, notamment sur la malbouffe, de même que de constater les avancées depuis la parution d’une recherche précédente de l’Union des consommateurs sur le sujet, en lien notamment avec l’évolution de la recherche scientifique sur le développement du cerveau des enfants. Une analyse détaillée de l’encadrement en place au Canada, au Québec, en Suède, en Norvège, en France et aux États-Unis a également été effectuée afin d’en faire une présentation synthétique à partir des informations pertinentes.

À la lumière de ces observations, l’Union des consommateurs converge vers une recommandation destinée au législateur fédéral – soit d’adopter à l’échelle nationale un encadrement qui serait modelé sur celui qui est édicté par la législation québécoise, qui consiste à interdire totalement la publicité destinée aux enfants de moins de 13 ans – qu’elle porte sur la malbouffe ou tout autre produit.

Source : Bulletin SantéPop