Close

Définition


« La promotion de la santé est le processus qui confère aux populations les moyens d’assurer un plus grand contrôle sur leur propre santé, et d’améliorer celle-ci. »(Charte d’Ottawa, 1986)

Qu’est ce que la « promotion de la santé » ?

L’approche de « promotion de la santé » « (…) trouve une part de ses racines en 1974 (…) » dans le Rapport Lalonde (van Steenberghe et Saint-Amand, 2006). Selon ce document du gouvernement canadien, l’amélioration de la santé des gens passe davantage par la modification de leur mode de vie ou de leur environnement physique et social que par des investissements financiers dans le système de prestations de soins (Steenberghe et Saint-Amand, 2006 : 14).

Selon la Charte d’Ottawa (1986), les actions en promotion de la santé ont pour but de donner aux populations et aux individus « les moyens d’assurer un plus grand contrôle sur leur propre santé, et d’améliorer celle-ci ».

En plus de celle de la Charte d’Ottawa, il existe plusieurs autres définitions de la promotion de la santé. En voici quelques-unes :

« Processus consistant à permettre aux personnes d’accroître leur pouvoir sur leur santé et d’améliorer leur santé. Ce processus englobe non seulement les mesures visant à renforcer les capacités des personnes, mais aussi les mesures prises pour modifier les conditions sociales, environnementales, politiques et économiques, de manière à réduire leur incidence sur la santé publique et la santé individuelle. La Charte d’Ottawa pour la promotion de la santé (1986) décrit cinq stratégies clés de la promotion de la santé : élaborer des politiques favorisant la santé, créer des environnements favorables, renforcer l’action communautaire, acquérir des aptitudes individuelles et réorienter les services de santé. Une fonction essentielle dévolue au système de santé publique. » (Agence de la santé publique du Canada, 2007)

« L’expression « promotion de la santé » recouvre de manière confuse deux réalités complémentaires. On s’en sert tout d’abord, comme dans la Charte d’Ottawa, pour désigner une manière large de comprendre la santé, ses déterminants, et les actions à poser pour la préserver ou la restaurer. De manière plus spécifique, on peut considérer que c’est un sous champ de pratique du domaine de la santé publique/communautaire/des populations, dont l’objet est le changement planifié des habitudes et des conditions de vie ayant rapport avec la santé au moyen de techniques d’intervention précises (éducation pour la santé, marketing social, communication publique, action politique, développement communautaire, développement organisationnel). Afin d’éviter la confusion, nous (O’Neill et Stirling, 2006) proposons d’utiliser l’expression « nouvelle santé publique » pour désigner la première réalité et de réserver l’expression « promotion de la santé » pour la seconde. » (Michel O’Neill, professeur titulaire, Université Laval, Québec dans Mouvement acadien des communautés en santé du Nouveau-Brunswick, 2007)

ONeil-web

Extrait du livre Promotion de la santé au Canada et au Québec, perspectives critiques (O’Neill et al., 2006 : 55) :

« (…) nous avons le champ spécialisé d’intervention – à l’intérieur du champ plus vaste de la santé publique – qui vise le changement planifié des comportements et des environnements relatifs à la santé, que nous désignons spécifiquement ici sous l’appellation « promotion de la santé ». Cette distinction est illustrée grâce à deux des définitions du champ les plus connues; d’abord celle de la Charte d’Ottawa (OMS, 1986, p.1) : « Le processus qui confère aux populations les moyens d’assurer un plus grand contrôle sur leur propre santé, et d’améliorer celle-ci »; puis, celle de Green et Kreuter (2005, p. 462) : « (…) toute combinaison d’actions planifiées de type éducatif, politique, législatif ou organisationnel appuyant des habitudes de vie et des conditions de vie favorables à la santé d’individus, de groupes ou de collectivités » (traduction libre).»

La promotion de la santé vise à ce que la population ait une santé optimale. Elle se situe en amont du continuum santé-maladie.

Continuum

Qu’est ce que la « santé » en promotion de la santé  ?

Être en santé, c’est atteindre un état de bien-être global. En promotion de la santé, la santé est une ressource de la vie quotidienne et un concept mettant en valeur les ressources sociales et individuelles ainsi que les capacités physiques. La santé est la mesure dans laquelle un groupe ou un individu peut d’une part, réaliser ses ambitions et satisfaire ses besoins et d’autre part, évoluer avec son milieu ou s’adapter à celui-ci (Charte d’Ottawa, 1986).

« En effet, c’est son caractère positif qui distingue fondamentalement la promotion de la santé du reste du secteur de la santé, c’est sa volonté de construire un état de santé plutôt que de seulement prévenir ou traiter la maladie et d’autres conditions négatives. » (Raeburn et Rootman, 2006 dans  O’Neill et al., 2006).

Il existe donc des conditions et des ressources préalables à la santé. Ce sont par exemple la paix, un abri, de la nourriture, un revenu, etc. (Charte d’Ottawa, 1986)

La santé est vue comme une ressource majeure pour le progrès social, économique et individuel, tout en constituant un aspect important de la qualité de vie.

Quels sont les moyens d’atteindre cet état de bien-être global ?

En promotion de la santé, on collabore avec les personnes en tenant compte de leurs besoins et de leur situation (environnement physique, mental et social) pour améliorer leurs conditions de bien-être (Gomez, 2007). On vise à réduire les écarts dans l’état de santé de certains groupes de personnes afin que tous et toutes aient les ressources et les moyens de se réaliser pleinement.

Pour ce faire, on travaille sur les différents facteurs qui influencent l’état de santé des populations et des individus, facteurs qu’on appelle « les déterminants de la santé ». L’Agence de la santé publique du Canada en identifie douze.

Pour mieux comprendre ce qu’est la promotion de la santé, il est aussi important de savoir qu’un des concepts inhérents à la promotion de la santé est celui d’autonomisation (ou empowerment) :

« Processus par lequel une personne accroît son pouvoir sur les décisions et les actions qui influent sur sa santé. L’empowerment, qui peut être un processus social, culturel, psychologique ou politique, permet aux individus et aux groupes sociaux d’exprimer leurs besoins et leurs préoccupations, d’élaborer des stratégies de participation à la prise de décisions et d’intervenir sur les plans politiques, social et culturel pour combler leurs besoins. » (Agence de la santé publique du Canada, 2007)

Par qui se pratique la promotion de la santé ?

Les hommes et les femmes œuvrant en promotion de la santé ont pour mission de créer des conditions favorables à l’épanouissement de la santé (Charte d’Ottawa, 1986). Ces gens exercent des professions souvent complémentaires et travaillent dans une panoplie de milieux.

La promotion de la santé ne se limite pas aux hôpitaux ou aux centres de santé. Bien au contraire ! La promotion de la santé n’est pas seulement la responsabilité des gens qui œuvrent dans le domaine de la santé et des gouvernements. Elle est la responsabilité de la communauté, des citoyennes et des citoyens. Tout le monde peut y participer ! Tous les milieux sont propices à l’exercice de la promotion de la santé. Des interventions de PS ont lieu dans les entreprises privées ou dans les écoles par exemple.