Close

12 octobre 2021

Pratiques novatrices en santé mentale pour les communautés francophones en situation minoritaire en territoires canadiens


L’insuffisance des services de santé pour les communautés francophones en situation minoritaire est bien documentée dans la recherche et, depuis les dernières années, certaines études ont révélé des lacunes importantes concernant
plus spécifiquement l‘offre de services de santé mentale en français. Ces recherches montrent également que comparativement à d’autres domaines de la santé, la langue de communication de l’usager revêt une importance encore plus grande lorsqu’il s’agit de services en santé mentale.

Alors que les provinces où la population francophone est démographiquement importante, comme l’Ontario et le Nouveau-Brunswick, sont plus susceptibles d’offrir des services de santé mentale en français, les provinces ayant de faibles populations francophones en situation minoritaire font face à des défis de taille. C’est le cas des Territoires du Nord-Ouest (T.N.-O.) et de Terre-Neuve-et-Labrador (T.-N.-L.) au Canada.

De plus, une réglementation relativement récente sur les services de santé en français (Politique sur les services en français, 2015, T.-N.-L.), un manque de postes professionnels en santé mentale désignés bilingues ainsi que la dispersion
géographique de la population francophone posent des défis de taille à cette population, aux organisations de défense de leurs droits ainsi qu’aux gouvernements provincial et territorial.

Dans ce contexte, les gouvernements de T.-N.-L. et des T.N.-O. ont élaboré des plans d’action en santé mentale et mis en place des mesures visant à réduire le temps d’attente pour accéder à ces services. Dans le cas de T.-N.-L., une transformation du système s’est amorcée en 2017, et le Modèle de soins par paliers 2.0 a été adopté, conjointement avec des interventions axées sur la cybersanté mentale (E-Mental Health), c’est-àdire l’utilisation des technologies de l’information et des communications dans les programmes de santé mentale (Internet, applications et d’autres
technologies). Ces programmes permettent une complémentarité entre les techniques d’autoassistance et l’aide des conseillers.

Ce type d’intervention est considéré approprié pour atteindre des populations résidant dans des zones rurales et éloignées et permettrait d’offrir des soins dans les deux langues officielles. Ces mesures s’inscrivent dans le modèle de soins par paliers 2.0 qui vise aussi bien l’amélioration de l’accès aux services et l’efficacité des traitements que l’autonomisation de l’usager. Ce modèle fait également son chemin aux T.N.-O.

La recherche que nous présentons dans ce rapport a mobilisé des méthodes qualitatives pour documenter six programmes en santé mentale dont trois à Terre-Neuve-et-Labrador : la Ligne d’empathie du Réseau de sensibilisation des usagers sur la santé de Terre-Neuve-et-Labrador (CHANNAL), le Programme Doorways (cliniques sans rendez-vous à des séances uniques) et le Navigateur du système en santé mentale et en dépendances; et trois dans les Territoires du
Nord-Ouest : Talking about Mental Illness (TAMI), le Programme de counseling communautaire et la Ligne d’aide des T.N.-O. Trente-six entrevues semi-dirigées (N=36) ont été conduites avec trois catégories de participants: les fournisseurs de services et professionnels; les autorités sanitaires et les utilisateurs des services ou des membres de la famille en prenant soin.

Les six initiatives ont pour objectif d’améliorer l’accès à l’information (Navigateur du système en santé mentale et en dépendances), la promotion (TAMI), la prévention ainsi que l’intervention précoce en santé mentale et en dépendances (lignes d’empathie et d’aide, Doorways, Programme de counseling communautaire).

Auteur(s) : Solange van Kemenade, Louise Bouchard, Jacinthe Savard, Sébastien Savard, Gishleine Oukouomi et Jean Nephetaly Michel