Close

13 septembre 2021

Espace végétalisés urbains et santé: mesures et leviers d’action à l’échelle du quartier


La ville est un lieu anthropique, créé par l’humain et pour l’humain. Depuis son origine, elle n’a cessé de grandir d’évoluer sur le plan structurel et fonctionnel. Aujourd’hui, elle constitue le principal lieu de vie de la population à l’échelle mondiale. En 2018, 80% de la population française était urbaine et nous estimons que 70% de la population mondiale vivra en ville en 2050 (ONU, 2018).

L’évolution démographique prévue d’ici 2050 nous invite à considérer les problématiques liées à la relation au cadre de vie urbain dans notre société contemporaine. La santé et le bien-être des populations sont un enjeu dont la France s’est saisie depuis 2010 avec la création des ARS, le déploiement de la démarche d’Évaluation d’Impact sur la Santé (EIS) (Jabot et Gall, 2013), l’Urbanisme Favorable à la santé (UFS) (Roué-Le Gall et al., 2014) et les déterminants de santé.

Qu’ils soient nommés « environnements naturels et écosystèmes » (Anctil et al., 2012) ou « espaces verts » (Anne Roué Le Gall et al., 2020), les espaces végétalisés constituent un déterminant de santé important dans notre écosystème urbain. Les bénéfices des espaces végétalisés urbains sur la santé sont quantifiables à l’échelle d’une ville, d’une région ou d’un département notamment grâces à des enquêtes et aux données épidémiologiques (OMS, 2016). Leur quantification est moins fréquente à l’échelle d’un quartier, qui constitue pourtant l’espace de vie quotidien d’un citoyen, où il sera en interaction permanente avec son environnement et dans lequel il est susceptible de tirer des bénéfices pour sa santé. C’est aussi sur cet environnement que les élus et les aménageurs peuvent agir pour mieux répondre à ses besoins.

Le guide présente une méthodologie pour caractériser les espaces végétalisés et leurs effets sur la santé à l’échelle d’un quartier. C’est un outil d’aide à la décision (OAD) qui a pour ambition d’être opérationnel, générique et transposable. Il pourra être utilisé dans des projets de rénovation ou d’aménagement. Il a pour objectif, à partir d’un état initial de l’offre en espaces végétalisés et d’un état de santé de la population locale, d’accompagner des préconisations en termes d’aménagement urbain favorable à la santé et d’inciter la population à fréquenter ces espaces. Ces préconisations s’inscrivent dans un plan de prévention en santé publique porté par l’ARS.

Source : Pratiques en santé