Close

7 juin 2022

Des lieux pour vieillir en santé : quand l’aménagement peut faire une différence


En 2031, une personne sur quatre aura 65 ans ou plus au Québec. Devant ce constat, il est essentiel de s’intéresser aux conditions qui favorisent une bonne santé et permettent à toutes les personnes de vieillir en santé et dans leur milieu plus longtemps.

C’est la proposition que fait le dernier numéro de la collection OPUS, « Des lieux pour vieillir en bonne santé ». Celui-ci présente les enjeux liés au vieillissement de la population au Québec, illustre comment l’environnement bâti et ses composantes affectent la santé des personnes aînées, et propose des solutions concrètes pour des aménagements favorables.

Aménager les milieux de vie pour bien vieillir

Un logement abordable, salubre et de bonne qualité ainsi que l’accès à du soutien à domicile sont des conditions déterminantes pour vieillir en santé chez soi. La fiche apporte plusieurs propositions, parmi lesquelles la conception de domiciles facilement adaptables grâce à différents aménagements et aides techniques qui contribuent au sentiment de sécurité, à la mobilité et à l’autonomie à domicile.

Alors que l’abordabilité est un enjeu de plus en plus présent, prévoir une offre diversifiée de logements accessibles est une autre façon de permettre aux personnes aînées de rester dans leur communauté, d’y contribuer et d’accéder à leur réseau de soutien. Plusieurs solutions sont proposées à cet effet : investir dans le logement social et communautaire; adapter le cadre règlementaire pour permettre l’insertion des résidences adaptées au sein de zones résidentielles proche des services ou pour stimuler différentes formules d’habitation, incluant les habitations intergénérationnelles; octroyer une aide financière pour louer ou acheter un domicile adapté, etc.

L’aménagement des quartiers et du territoire est une autre facette de l’environnement bâti qui peut faire une différence. Aménager des quartiers qui incitent à la marche et qui sont desservis par les transports collectifs améliore l’accès aux commerces et aux services de proximité et encourage l’autonomie et la participation sociale des personnes. Les infrastructures de transport actif et collectif de même que leurs intermodalités doivent alors être sécuritaires et accessibles aux personnes à mobilité réduite.

Enfin, la conception des espaces publics (bibliothèques, abord des rues, places, parcs, jardins communautaires) offre des occasions d’activités et de rencontres pour toute la population et favorise la vie sociale des personnes aînées. Bien aménagés et animés, les espaces publics et les infrastructures de loisir intergénérationnels génèrent des expériences et des retombées positives en permettant de tisser des relations, de développer un sentiment d’attachement et de s’approprier l’espace public.

S’adapter aux effets des changements climatiques

Les personnes aînées sont plus sensibles aux effets des changements climatiques, car en plus des conséquences néfastes sur leur santé, les événements climatiques peuvent réduire le sentiment de sécurité et le confort et compromettre la possibilité de vieillir chez soi.

Plusieurs solutions sont à la portée des municipalités : verdir les milieux minéralisés et créer davantage d’espaces verts qui bénéficieront à toute la population, rénover les logements mal adaptés, entretenir en priorité les infrastructures et les voies d’accès aux services de santé et de proximité, intégrer les besoins des personnes aînées aux plans de sécurité civile, etc.

S’outiller pour agir

Le numéro OPUS « Des lieux pour vieillir en bonne santé » propose plusieurs solutions pour aménager les milieux de façon à privilégier la santé, la mobilité, la participation sociale, des conditions de vie optimales et un mode de vie actif pour les personnes aînées. Ces aménagements bénéficient d’ailleurs à plusieurs groupes de la population.

Il offre en complément une panoplie d’outils, fiches, guides et projets inspirants réalisés à travers le Québec, qui guideront les responsables municipaux et du secteur de l’habitation dans leur travail. Il est également possible de consulter trois autres fiches-synthèse de la collection Opus :

  • Logement de qualité
  • Accessibilité universelle : la conception d’environnements pour tous
  • Des actions pour une utilisation et une conception optimales des infrastructures extérieures à vocation récréative

Pour continuer la lecture et accéder à d’autres ressources, rendez-vous sur la page du site de l’INSPQ.