Close

22 janvier 2019

SÉNÉGAL et GAMBIE – Campagne conjointe de distribution de plus de 10 millions de moustiquaires


La Gambie et le Sénégal vont distribuer respectivement neuf millions et un million cinq cent mille moustiquaires imprégnées, dans le cadre d’une campagne conjointe prévue en mars et avril prochains, a appris mardi l’APS. Au Sénégal, l’opération sera ménée par le Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLP), a précisé Doudou Sène, coordinateur national du PNLP.

Doudou Sène a fait état d’une baisse de « la prévalence du paludisme au niveau national ». Il a néanmoins affirmé qu’il y a « des efforts à faire au niveau des zones sud-est du pays où le paludisme reste présent », précisant que la prévalence y est de 25 pour 1000.

Il a indiqué que cette situation « s’explique d’une part par des facteurs liés à l’assainissement avec la présence de flaques d’eau ». Il s’y ajoute qu’il y a aussi des situations où les moustiquaires distribuées « ne sont pas utilisées par les populations ».

Revenant sur le maintien du personnel de santé qualifié dans les zones périphériques, Doudou Sène, ancien médecin-chef de région de Kédougou et de Matam, a appelé à motiver les agents de santé.

Il a ce faisant invité les différents acteurs du secteur à consentir des sacrifices pour servir les populations de l’intérieur du Sénégal.

Et pour atteindre les objectifs de lutte contre le paludisme d’ici à 2030, il les exhorte à mettre en œuvre des stratégies multi-acteurs pour éradiquer cette maladie.

Le coordonnateur national du Programme de lutte contre le paludisme en Gambie, Balla Kandé, estime qu’il reste encore des efforts à faire dans certaines zones de son pays, notamment les villages frontaliers.

Pour la campagne à venir, la Gambie prévoit selon M. Kandé de distribuer 1 million 500 mille moustiquaires. Il s’est félicité de cette initiative qui matérialise la vision des chefs d’Etat des deux pays, Macky Sall et Adama Barrow.

La Gambie et le Sénégal ont signé un mémorandum pour lutter contre le paludisme à travers des rencontres entre autorités administratives et sanitaires et les techniciens, matérialisant de fait cette volonté des plus hautes autorités des deux pays, rappelle-t-on.

A Kolda, les autorités sanitaires des deux pays vont tenter pendant trois jours de définir des stratégies de lutte harmonisée contre le paludisme.

Source : Santétropicale.com