Close

5 mars 2021

Le numérique en social-santé : inclusif ou excluant ?


Dans un Cahier en date de septembre 2016, publié dans le cadre du programme français Connexions solidaires 1, Neelie Kroes, vice-présidente de la Commission européenne en charge de l’Agenda numérique (de 2010 à 2014), faisait le constat suivant: « Aujourd’hui l’égalité des chances sociales et économiques passe aussi par Internet.
Etre capable d’utiliser le numérique est aussi important que de savoir lire et écrire. »

Quand on sait que 10% des Belges ont du mal à maîtriser ces compétences élémentaires, on imagine bien la distance qui les sépare des usages du numérique, pourtant de plus en plus présents. Dans son Baromètre sur l’inclusion numérique 2020, la Fondation Roi Baudouin mentionnait que 8% de la population ne disposent pas de connexion internet à domicile et parmi ces 8%, près de trois ménages sur dix ayant de faibles revenus sont concernés. Ce rapport révèle par ailleurs qu’à peine 38% des Belges ont des compétences numériques avancées. 32% des individus n’ont pour leur part que de faibles compétences dans ce domaine, ce qui porte, si on y ajoute les 8% de non-connectés, à 40% la population belge en situation de vulnérabilité face à la numérisation croissante de la société.
Or, de plus en plus de services se dématérialisent: que ce soit dans les domaines de la santé et l’accès aux soins, mais aussi des services publics, du secteur bancaire ou encore celui de l’enseignement, avec la récente crise du Covid, le numérique s’invite partout, à marche forcée. Sans pour autant que la société se soit assurée que tous pourront prendre le train en marche.

 

Source : Fabriques territoires santé