Close

23 juin 2020

INTERNATIONAL – Webinaire Éducation et santé : faire de la recherche au plus près des gens


Dès lors qu’il s’agit d’aborder des questions qui touchent directement les personnes, telles que celles de santé ou d’éducation, on ne peut faire abstraction de ce qu’elles en pensent ! Comprendre le sens que donnent les individus à leurs pratiques et comportements est un enjeu central en éducation à la santé et en promotion de la santé.

Il ne suffit évidemment pas de dire à une personne ce qui est bon pour sa santé pour qu’elle en tienne compte en termes d’habitudes de vie. Par exemple, lorsque l’on s’intéresse aux raisons qui poussent les gens à marcher à pied ou à prendre une voiture, la recherche montre que le fait de disposer d’espaces dédiés à la marche ou à la pratique du vélo, la qualité de l’environnement, la qualité des infrastructures récréatives, le degré d’urbanisation, la sécurité sur la route, le caractère vallonné du secteur à un impact sur les pratiques physiques. Ainsi, l’éducation à la santé ne peut consister à dicter des comportements sur un mode paternaliste, elle doit créer les conditions réelles d’une amélioration de la santé de tous. La perspective d’ensemble est celle de l’accompagnement du changement social via l’intervention sur les déterminants environnementaux d’une part et les habitudes de vie d’autre part.

Comment agir concrètement et de façon durable sur le terrain notamment dans les espaces les plus désavantagés reste la question centrale. Tout d’abord, au-delà de l’observation des comportements (la science des problèmes), il nous faut renforcer et structurer les dispositifs de production de connaissance sur les organisations qui permettent de promouvoir la santé des gens là ou ils où vivent (la science des solutions). Il existe une grande richesse à la fois de pratiques (dans différents milieux et auprès de publics variés) et de données de recherche mais la perspective est souvent ce que l’on appelle le “solutionnisme” – il y a un problème, il y a une bonne solution, nous devons juste l’implanter. Il nous semble important de souligner qu’au-delà des caractéristiques des interventions, il est décisif de comprendre le point de vue des gens, le sens qu’ils donnent à leur action et d’identifier les mécanismes de transformation au sein des différents milieux concernés (villes, écoles, clubs sportifs, lieux de travail…).

Auteur(s) : Aurélie Maurice, Maître de conférences en Sciences de l’Education

Source : La Chaire de l'UNESCO