Close

23 janvier 2019

INTERNATIONAL – 5 axes d’action pour instaurer la couverture sanitaire universelle d’ici 2030


La Banque mondiale présente un article qui décrit les progrès internationaux vers la couverture sanitaire universelle et examine cinq manières de contribuer à sa réalisation d’ici 2030. Les éléments essentiels pour accélérer les progrès dans ce domaine sont : augmenter le financement de la santé; mettre l’accent sur la qualité des soins; protéger les gens des pandémies; adopter les innovations; et se mobiliser pour une action collective.

La santé pour tous à l’horizon 2030

La Journée internationale de la couverture santé universelle, célébrée chaque année le 12 décembre, est l’occasion de mettre en avant les progrès réalisés en faveur de la santé pour tous. Grâce à la volonté des gouvernements et à d’ambitieuses réformes, la plupart des régions du monde ont élargi l’accès aux services de santé et les ont rendus plus abordables. Cependant, selon un récent rapport du Groupe de la Banque mondiale et de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la moitié de la population mondiale reste privée d’accès à des services de santé essentiels, tandis qu’une centaine de millions de personnes basculent chaque année dans l’extrême pauvreté en raison du coût des soins.

Mettre en place la couverture sanitaire universelle d’ici à 2030 est un engagement mondial pris dans le cadre des Objectifs de développement durable (ODD). C’est tout aussi important pour atteindre le double objectif du Groupe de la Banque mondiale visant à mettre fin à l’extrême pauvreté et à promouvoir une prospérité partagée, qui restera hors de portée tant que les dépenses de santé continueront d’appauvrir des millions de personnes chaque année. Or, assurer l’accès à des services de santé à la fois abordables et de qualité est un défi pour tous les pays, quel que soit leur niveau de revenu, comme le montre la base de données 2018 des indicateurs du Groupe de la Banque mondiale sur l’équité en matière de santé et de protection financière (a), qui couvre 183 pays.

Le manque de soins, une perte de capital humain

Cette exclusion des soins n’est pas seulement injuste, c’est aussi une lourde perte en termes de potentiel individuel et, pour les pays, de capital humain. Le capital humain correspond à l’ensemble des connaissances, compétences et conditions de santé que les individus accumulent tout au long de leur vie et qui leur permet de réaliser pleinement leur potentiel en devenant des membres productifs de la société. Et la santé est un élément fondamental du capital humain d’un pays. S’ils ne sont pas en bonne santé, les enfants ne peuvent pas aller à l’école et s’instruire, les adultes ne peuvent pas travailler et contribuer aux besoins de leur famille et de la société. Une population en bonne santé, instruite et résiliente est une condition indispensable pour qu’un pays puisse être compétitif dans l’économie mondiale.

5 moyens d’accélérer les progrès

Il n’y a pas de solution miracle ou de voie unique pour assurer la couverture sanitaire universelle d’ici 2030, mais voici cinq moyens essentiels pour accélérer les progrès :

  1. Davantage d’argent pour la santé et davantage de santé pour cet argent
  2. Priorité à la qualité des soins
  3. Protéger toutes les populations des pandémies
  4. Miser sur l’innovation
  5. Se mobiliser pour agir ensemble

 

Source : Bulletin de l'Observatoire international de la santé et des services sociaux