Close

31 mai 2020

GUINÉE – Une recherche conduit à des actions visant à améliorer l’accouchement


Une expérience d’accouchement positive ne se résume pas à la naissance d’un bébé en bonne santé. Elle répond aux attentes personnelles et culturelles d’une femme. Elle lui donne un sentiment de contrôle et d’implication dans la prise de décision concernant ses propres soins, avec le soutien d’un personnel clinique compétent et le choix de son accompagnatrice à la naissance.

Ce n’est pas l’expérience ou l’attente de nombreuses femmes qui se préparent à accoucher. L’étude de l’OMS/HRP, menée au Ghana, en Guinée, au Myanmar et au Nigéria, a dévoilé une série d’expériences négatives vécues dans les structures de santé. Ces expériences comprenaient des abus physiques et verbaux, la stigmatisation et la discrimination, et des procédures médicales effectuées sans consentement.

Pour les scientifiques de la CERREGUI (Cellule de recherche en santé de la reproduction en Guinée), l’institut de recherche coordinateur en Guinée, la publication des résultats dans The Lancet n’a pas été la fin de l’histoire. « Si une femme s’attend à être maltraitée, pourquoi ira-t-elle à l’hôpital pour accoucher ? Nous savons que l’amélioration des soins respectueux encouragera davantage de femmes à accoucher dans une structure où les accouchements sont assistés par du personnel qualifié, ce qui réduira la mortalité maternelle à long terme. C’est également crucial du point de vue des droits des femmes », a expliqué Dr Mamadou Diouldé Baldé, coordinateur de la CERREGUI, qui a également bénéficié d’une subvention dans le cadre des activités de renforcement des capacités de recherche de l’Alliance HRP. « Lorsque nous avons compris l’ampleur du problème, notre équipe a été motivée à aller au-delà de la littérature publiée et à formuler des recommandations pratiques ».

Lire l’article en entier

Source : santetropicale.com