Close

22 janvier 2019

ÉCOSSE – Alcoolémie au volant, pas plus bas ?


En 2014, l’Écosse abaissait la limite légale d’alcoolémie au volant de 0,8 g/l à 0,5 g/l. Cette réduction fait l’objet d’une évaluation dont les résultats sont publiés dans le Lancet. Les auteurs ont procédé à une comparaison « avant-après », sur le nombre hebdomadaire d’accidents de la route en lien avec l’alcool survenus entre janvier 2013 et décembre 2016.

Les résultats de l’étude montrent que 2 ans après la modification, le passage du seuil légal de 0,8 g/l à 0,5 g/l n’a pas réduit le nombre des accidents de la route dus à l’alcool (risque relatif 1,01 ; intervalle de confiance à 95 % 0,94 à 1,08). Cette absence d’effet se retrouve après divers ajustements sur la saisonnalité, l’âge ou le sexe des conducteurs, ou encore les conditions socio-économiques.

Le changement de la législation en Écosse n’a pas entraîné de réduction de la consommation d’alcool par personne en ce qui concerne les ventes à emporter. Il apparaît toutefois une réduction modeste de 0,7 % de la consommation sur place.

Pour les auteurs, ces résultats sont liés au fait que les contrôles des taux d’alcoolémie sont insuffisants. Ils préconisent une utilisation plus large des éthylomètres. Une autre hypothèse est le manque de publicité faite à la modification de la limite légale. L’Union européenne encourage en effet ses pays membres à adopter une double stratégie pour améliorer les chances de réussite : renforcer les contrôles aléatoires et impliquer tous les intervenants pour améliorer l’éducation du public.

Lire l’article complet sur le site du JIM (abonnement gratuit requis)

Référence :
Haghpanahan H. et coll. : An evaluation of the effects of lowering blood alcohol concentration limits for drivers on the rates of road traffic accidents and alcohol consumption : a natural experiment. Lancet, 2018 ; publication avancée en ligne le 12 décembre doi: 10.1016/S0140-6736(18)32850-2.

Auteur(s) : Dr Roseline Péluchon

Source : Journal international de médecine - La lettre quotidienne médecin