Close

2 décembre 2017

CANADA – Rapports de l’administrateur en chef de la santé publique : concevoir un mode de vie sain


Sans que l’on s’en rende compte, nos quartiers et la façon dont ils sont construits ont une incidence sur notre état de santé.

« Si j’ai choisi la conception de modes de vie sains comme thème pour mon premier rapport en tant qu’administratrice en chef de la santé publique du Canada, c’est en raison de l’énorme potentiel que recèle le réaménagement de notre milieu bâti pour aider la population canadienne à vivre une vie plus saine.

Les maladies chroniques comme le diabète, le cancer et les maladies cardiovasculaires sont les principales causes de décès au Canada. Il est alarmant de constater qu’en 2011, près de 2,7 millions de Canadiens de 20 ans et plus, soit une personne sur 10, étaient aux prises avec le diabète. L’augmentation des taux de diabète de type II peut être considérée comme un signal d’alarme de mauvaise santé; c’est que cette hausse est associée à des taux plus élevés d’autres maladies et affections et qu’elle est liée à une mauvaise alimentation, au manque d’activité physique et à une incidence accrue du surpoids et de l’obésité. Il serait possible de réduire les taux de diabète de type II et d’autres maladies chroniques au Canada. Or, pour ce faire, il faudrait assurer l’intégration harmonieuse d’un mode de vie sain dans le quotidien de la population, en partie, par l’aménagement et le réaménagement de nos collectivités.

L’amélioration de la santé publique et la prévention des maladies par la modification de notre milieu : voilà un principe solidement fondé. Par exemple, au cours du siècle dernier, les taux de maladies infectieuses ont été réduits non seulement grâce à l’innovation scientifique et à la vaccination, mais aussi par la planification et l’amélioration des systèmes sanitaires, de même que par la réduction du surpeuplement dans les quartiers résidentiels.

Le présent rapport répond à de nombreuses questions, mais il en soulève également d’autres. Il nous faut donc une information plus ciblée afin de mesurer les effets de l’aménagement des collectivités sur la santé ainsi que d’intégrer des stratégies fondées sur des données probantes en matière de planification communautaire. Il vise à sensibiliser les Canadiens à l’égard des caractéristiques particulières de leur collectivité respective dont ils pourraient profiter pour améliorer leur santé. Ce rapport vise également à favoriser davantage le dialogue entre les nombreuses disciplines appelées à participer à la planification communautaire et à la promotion de la santé, de façon à mieux intégrer l’activité physique, une saine alimentation et la santé mentale dans la conception de nos quartiers. »

Dre Theresa Tam
Administratrice en chef de la santé publique du Canada

Auteur(s) : Dre Theresa Tam

Source : Bulletin politiques publiques et santé