Close

4 mars 2019

CANADA (Québec) – Nourrir notre monde: les Gaspésiens se réapproprient leur système alimentaire


À l’ère de la globalisation et des aliments ultra-transformés, un vent de changement souffle dans la péninsule gaspésienne. Là où les savoirs culinaires sont riches et les initiatives en alimentation nombreuses, le mouvement Nourrir notre monde répond à un engagement citoyen grandissant.

Mais qu’est-ce qu’un système alimentaire au juste ? En fait, un système alimentaire regroupe l’ensemble des intervenants en alimentation dans une ville, une région ou un pays. Cela inclut les producteurs, les transformateurs, les distributeurs et les consommateurs et même les responsables de la gestion des matières résiduelles. Dans un contexte de réappropriation, il est donc primordial d’inclure tous ces acteurs, afin que le système soit adapté à la réalité gaspésienne.

Instigué en Haute-Gaspésie en 2017, Nourrir notre monde est « un mouvement de mobilisation qui tisse des liens entre les initiatives et les acteurs du milieu », explique Marie-Ève Paquette, chargée de projet pour la Démarche intégrée en développement social de La Haute-Gaspésie (DIDS) et responsable de Nourrir notre monde dans la MRC de La Haute-Gaspésie. Le mouvement aborde la question de l’autonomie alimentaire à travers quatre axes tout en s’inscrivant dans une démarche plus globale de développement et de partage des savoirs entourant la saine alimentation.

  1. Mobiliser les acteurs du monde bioalimentaire ;
  2. Favoriser le réseautage, de la terre à l’assiette ;
  3. Augmenter l’accès à des aliments de proximité, frais et de qualité ;
  4. Soutenir les projets et les initiatives collectifs et communautaires.

Le rôle du mouvement est d’agir à titre d’intermédiaire entre les divers acteurs du système alimentaire, en créant notamment des plateformes de partage comme la page Autosuffisance Haute-Gaspésie ou en cartographiant l’accès alimentaire dans un répertoire. De cette façon, Nourrir notre monde facilite les échanges et il met en contact des gens ayant des besoins et des ressources complémentaires.

La principale force du système alimentaire gaspésien reste l’implication et la volonté des partenaires, qui montrent une ouverture à l’échange et une motivation contagieuse. Ce faisant, la reconduction du budget et la sensibilisation des élus aux différentes causes ont été relevées avec succès par Nourrir notre monde cette année encore.

Auteur(s) : Catherine Lefebvre

Source : 100 degrés