Close

23 janvier 2018

CANADA – Un ouvrage de référence pour guider les interventions nutritionnelles auprès des familles immigrantes


On n’y pense pas spontanément, mais l’intégration culturelle des nouveaux arrivants passe inévitablement par une période d’adaptation aux habitudes alimentaires du pays d’accueil.

À leur arrivée au Québec, les familles immigrantes peuvent en effet vivre un choc culturel alimentaire. Plusieurs de ces familles tentent toutefois de maintenir leurs habitudes alimentaires et culinaires, car celles-ci font partie de leur bagage culturel et de leur identité. Malheureusement, leurs aliments traditionnels peuvent être difficiles d’accès, indisponibles ou dispendieux dans les divers types de marchés du Québec. L’adaptation culturelle à leur nouveau milieu de vie devient donc ardue, pouvant même les mettre à risque d’insécurité alimentaire.

Afin d’appuyer les professionnels et les accompagnateurs en périnatalité œuvrant en contexte multiculturel, le Dispensaire diététique de Montréal et la Fondation OLO ont rédigé un guide de référence sur les habitudes alimentaires et culinaires de communautés venant de 44 pays répartis dans 11 régions du monde. Découvrir le monde et ses diverses saveurs – Profils alimentaires de régions du monde et de quelques aspects culturels liés à la périnatalité a été réalisé avec la collaboration de plus d’une quarantaine d’intervenantes et d’une centaine de familles immigrantes.

Cet outil vise à outiller ces intervenants et à les sensibiliser aux coutumes alimentaires des autres pays. Ces nouvelles connaissances favoriseront certainement la création d’un lien de confiance avec les familles tout en favorisant une intervention nutritionnelle adaptée et personnalisée.

Voici comment utiliser l’outil en fonction de ses différentes sections :

Représentation d’un repas. Avoir une représentation visuelle de la répartition des aliments habituellement consommés est très aidant. Il vous sera ainsi plus facile de comprendre la répartition de base de leurs repas et d’accompagner la famille vers l’atteinte d’un équilibre. Une liste des aliments consommés est aussi présentée et permet de proposer des alternatives à certains aliments de base par des aliments locaux sans changer complètement les repas. Par exemple, si Mme cuisine des sauces à base de feuilles de manioc, de patate ou de haricots, aliments indisponibles en épicerie, il pourrait être conseillé d’utiliser les feuilles d’épinard, de kale ou de betterave.

Comportements alimentaires. Les familles immigrantes ont des comportements alimentaires sains qu’il est souhaitable de valoriser et d’autres qu’il serait souhaitable d’améliorer. Par exemple, si la famille mange fréquemment des mets à base de légumineuses, il faut l’encourager. Toutefois, si la famille utilise beaucoup d’huile, comme l’huile de palme, il est judicieux de conseiller l’huile d’olive ou de canola, et en plus petite quantité.

Habitudes alimentaires et culinaires. D’un pays à l’autre, la préparation des mets, les boissons ou les aliments offerts en accompagnement, ainsi que la fréquence de la cuisine divergent. Par exemple, en connaissant les assaisonnements utilisés ou la méthode de cuisson privilégiée, on peut mieux estimer la valeur nutritionnelle du repas.

Patron alimentaire habituel. L’ensemble des aliments consommés au cours d’une journée typique permet d’avoir une idée de la fréquence et du contenu de chaque repas selon le moment du jour. Par exemple, certains groupes ethniques ne déjeunent qu’avec un thé, d’autres ne prennent pas de collation, alors que d’autres encore accordent beaucoup d’importance au souper.

Mets communs et lexique. Pour améliorer la compréhension de la composition des aliments consommés lors d’une discussion avec une famille immigrante, des exemples non exhaustifs de mets et de noms employés selon la culture ou la langue sont présentés. L’utilisation des termes usuels est grandement appréciée par les familles et favorise l’ouverture, l’intérêt et la confiance.

Croyances et coutumes. Quelques aspects des us et coutumes associés à la période périnatale (ex. : organisation sociale et familiale, religion, grossesse, allaitement, introduction des aliments chez le bébé) sont expliqués afin d’ajouter à la compréhension de la culture d’origine de la famille, qui ne seront pas partagés d’emblée. Par exemple, au Pérou et en République dominicaine, l’introduction des aliments peut commencer vers 2 ou 3 mois. Alors qu’au Québec, il est recommandé d’attendre 6 mois avant d’introduire des aliments au bébé.

Ce guide est donc un outil de référence incontournable pour accompagner les familles issues de communautés culturelles vers l’acquisition de saines habitudes alimentaires dans un contexte québécois.

La version électronique est disponible dans les sites internet du Dispensaire diététique de Montréal et de la Fondation OLO. Pour obtenir une version imprimée, n’hésitez pas à contacter la Fondation OLO.

*** À noter: le 30 novembre 2017, les deux organisations ont reçu le prix Innovation 2017 de l’Ordre professionnel des diététistes du Québec pour la réalisation de cet ouvrage.

Auteur(s) : Lyson Gélinas

Source : 100 degrés