Close

8 juillet 2020

CANADA – Lutter contre l’isolement social et la solitude des personnes aînées en contexte de pandémie


** Le présent document a été rédigé dans le contexte d’urgence sanitaire lié à la COVID-19. Réalisé dans un court laps de temps et basé sur les connaissances découlant d’une recherche rapide et d’une analyse sommaire et non exhaustive de la littérature scientifique et de la littérature grise disponibles, il présente des constats qui pourraient devoir être révisés selon l’évolution des connaissances scientifiques liées à l’actuelle pandémie. **

Les personnes aînées ont besoin d’interactions sociales et de réseaux de soutien social pour être en santé et ressentir du bien-être et une satisfaction par rapport à la vie.

L’isolement et la solitude des personnes aînées sont des phénomènes fréquents qui ont des conséquences néfastes sur leur santé physique et mentale. Plusieurs facteurs de risque d’isolement social sont exacerbés en contexte de pandémie.

L’approche systémique en partenariat avec les secteurs publics, privés, communautaires des niveaux provincial, régional et local est à privilégier pour lutter contre l’isolement social et la solitude. Cette approche doit impliquer les citoyens, dont les personnes aînées et leurs proches.

En accord avec cette approche les actions suivantes doivent être privilégiées :

  • Multiplier les efforts pour rejoindre les aînés par des stratégies de repérage (ex. : recours à des informateurs clés) et d’information (ex. : recours à des porte-paroles significatifs) et consolider les arrimages entre le réseau de la santé et les autres organismes et intervenants susceptibles d’intervenir auprès des personnes aînées;
  • Transformer et rendre accessibles les interventions individuelles (ex. : soutien téléphonique) ou en groupe (ex. : groupes de marche) en fonction des contraintes liées à la pandémie. L’innovation, la créativité et le recours à la technologie y jouent un rôle important;
  • Mettre en place des interventions misant sur la résilience communautaire et la cohésion sociale (ex. : participation des aînés à l’identification des problèmes et des solutions, mettre en valeurs les succès et les innovations). Il est important de promouvoir une image positive des personnes aînées et du vieillissement afin de contrer le risque de stigmatisation tel l’âgisme;
  • Adapter les espaces verts, parcs, places publiques et espaces intérieurs aux besoins de socialisation des personnes aînées, en respectant les mesures de santé publique;
  • Adapter les moyens de transport et de communication pour faciliter la mobilité des personnes et leur participation en tenant compte des contraintes reliées au contexte de pandémie. Même si le recours aux technologies est encouragé, il faut s’assurer de communiquer l’information par d’autres moyens aux personnes qui n’y ont pas accès;
  • S’assurer que les politiques publiques adoptées en contexte de pandémie causent le moins de préjudices aux personnes aînées et analyser de façon continue leurs impacts sur l’isolement social et sur les possibilités de participation sociale des aînés;
  • Prendre en compte le fait que la pandémie frappe de façon inégale les régions, les milieux de vie et les personnes afin de chercher à réduire ces inégalités qui peuvent affecter les personnes aînées.

Auteur(s) : Comité en prévention et promotion

Source : Institut national de santé publique (INSPQ)