Close

8 mai 2018

CANADA – La toute première Politique de mobilité durable du Québec


Dans son allocution, le premier ministre a dit souhaiter que le Québec, d’ici 2030, devienne un leader nord-américain de la mobilité durable et intégrée. D’ailleurs, a-t-il souligné, le gouvernement se donne les moyens de ses ambitions avec un budget de 9,7 milliards de dollars. En effet, plusieurs des cibles visées par cette Politique sont ambitieuses.

  • Réduction de 20 % du temps de déplacement moyen domicile-travail
  • Réduction de 20 % des dépenses brutes des ménages allouées au transport
  • Diminution de 20 % des déplacements effectués en auto solo
  • Accès, pour 70 % de la population à au moins 4 services de mobilité durable
  • Réduction de 40 % de la consommation de pétrole en transport sous le niveau de 2013
  • Réduction de 37,5 % des émissions de GES en transport sous le niveau de 1990
  • Réduction des coûts associés à la congestion pour les entreprises des régions métropolitaines de Montréal et de Québec

André Fortin, le ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports a rappelé que nous ne sommes plus à l’époque du ministère de la Voirie, mais que nous sommes maintenant à l’ère de la mobilité intelligente qui permet de combiner plusieurs modes de transport différents pour assurer les déplacements rapides et sécuritaires des personnes. Le ministre Fortin, en plus d’insister sur l’importance de l’électrification des transports pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre, a aussi plaidé pour l’amélioration des infrastructures de transport actif. « Fini l’époque où on planifiait une nouvelle route et où, 10 ans plus tard, on se demande pourquoi il n’y a pas de piste cyclable. Il faut le faire pour notre santé, pour notre environnement. (…) Difficile de trouver un meilleur moyen de transport que le transport actif. Mais pour que plus de citoyens l’adoptent, il faut le promouvoir. Il faut le développer avec des infrastructures additionnelles et des infrastructures qui sont sécuritaires. »

Pour Jeanne Robin, porte-parole de Piétons Québec, c’est une journée qui fait date. « On se donne des objectifs ambitieux à réaliser en 12 ans, ce qui est somme toute assez court. Des objectifs à la hauteur des besoins, notamment en ce qui concerne la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Mais, maintenant, c’est aujourd’hui que le travail commence. On vient de se donner une vision : il va falloir la mettre en œuvre ! Ce qui va impliquer la mobilisation de nombreux acteurs. »

Consulter l’article dans son intégralité

Auteur(s) : François Grenier

Source : 100 degrés