Close

8 mars 2016

AFRIQUE – Le temps est venu d’étendre à tous les enfants la couverture en vaccins essentiels


L’Afrique dispose d’une occasion unique d’offrir à tous les enfants une vie meilleure en assurant un accès universel à la vaccination pour les protéger des maladies évitables. Les efforts déployés pour étendre la couverture vaccinale ont eu un impact considérable : aucun cas de poliomyélite n’a été diagnostiqué sur le continent depuis plus d’un an et l’arrivée d’un nouveau vaccin contre la méningite permet à des centaines de millions d’Africains de ne plus vivre dans la crainte de cette infection mortelle.

Mais sur le continent africain, trop d’enfants sont malheureusement toujours privés de services de vaccination essentiels : un enfant sur cinq n’y reçoit pas les vaccins dont il a besoin. L’Afrique affiche le taux de couverture vaccinale le plus faible de la planète et cinq pays africains concentrent en effet plus de la moitié des nourrissons non vaccinés dans le monde.

Il faut cibler prioritairement les communautés traditionnellement mal desservies, dans les régions où les systèmes de santé présentent le plus de lacunes. Plus les revenus ou le niveau d’instruction des parents sont bas, plus les enfants courent le risque de ne pas recevoir les vaccins adéquats. Dans les régions pauvres et reculées, les systèmes de santé chargés de fournir les vaccins et d’autres services de santé de base sont faibles, voire inexistants.

Si les avantages économiques de la vaccination apparaissent clairement, moins d’une vingtaine de pays africains financent actuellement plus de la moitié de leurs propres dépenses dans ce domaine. La générosité des donateurs extérieurs, notamment au cours des dix dernières années, a permis aux pays africains d’étoffer leurs programmes de vaccination et d’introduire de nouveaux vaccins. Si ce soutien continuera de jouer à l’avenir un rôle important, notre objectif commun est que, la croissance économique aidant, l’ensemble des gouvernements africains financent à terme l’intégralité de leurs programmes nationaux de vaccination.