Close

31 octobre 2018

AFRIQUE – L’Afrique s’inquiète de la résurgence de la poliomyélite


La polio ressurgit à moins de deux ans de la fin du financement de l’Initiative Mondiale d’Eradication de la Poliomyélite. Cette inquiétude a été exprimée à l’occasion de la journée mondiale de la polio, le 24 octobre dernier, par 25 organisations de la société civile africaines et haïtiennes, lesquelles ont alerté sur le recul de l’impact des efforts mondiaux pour éradiquer la polio, surtout dans les pays en développement.

En effet, une épidémie vient d’être déclarée dans trois régions de la République Démocratique du Congo (RDC), et la poliomyélite reste endémique dans les pays comme l’Afghanistan, le Nigeria et le Pakistan. Rappelons que Madagascar vient d’être déclarée « pays libre de la polio », cette année. Le résultat de campagnes successives de vaccination massive.

La polio n’ayant été éradiquée complètement dans le monde, cette maladie a donc ressurgi en RDC« où le système de santé et de vaccination n’est pas solide », estiment les OSC, ce qui ne protège pas les populations effectuant des déplacements.

Les interventions doivent être plus fortes que jamais, en raison des poches de virus restantes qui peuvent conduire à la création de nouvelles zones à risque, si la maladie n’est pas éradiquée complètement. Ce qui inquiète également les différents acteurs, c’est que le financement de l’Initiative Mondiale d’Eradication de la Poliomyélite arrive à son terme en 2020, entraînant une diminution drastique des ressources. Cette transition représente une menace pour les systèmes de santé de nombreux pays, le financement pour l’éradication de la poliomyélite ayant été pendant les dernières décennies leur principal soutien.

Ces dernières décennies pourtant, les résultats ont été encourageants : 16 millions de cas de paralysie et 1,5 millions de décès dans le monde dus à la poliomyélite ont pu être évités. Ainsi, afin d’en finir définitivement avec cette maladie dans le monde, tous les Etats doivent se donner les moyens de mettre en place la surveillance et la vaccination de routine pour maintenir le cap. Ce que Madagascar essaie de concrétiser actuellement, avec l’annonce du renforcement de la vaccination de routine lors de la Semaine de la Santé de la Mère et de l’Enfant (SSME) la semaine dernière.

Auteur(s) : Hanitra R.

Source : Santétropicale.com